Notre 1ère sortie en mode côtier

Au mois de mai,  nous partons pour notre première « vraie » croisière avec Yvon et Martine.

Après analyse des conditions météo, du vent et des courants, Yvon  propose de  suivre la côte vers l’Ouest pour rejoindre  l’Ile de Bréhat, d’aller jusqu’ à Pontrieux en remontant le Trieux, puis à Tréguier en remontant le Jaudy, et enfin de passer la dernière nuit à Paimpol.

Le 16 au matin, nous quittons Saint Quay, direction Ile de Bréhat. les conditions sont effectivement favorables, le temps est clément et la navigation jusqu’à Bréhat se passe dans la bonne humeur.

Nous arrivons à Bréhat en passant par le Ferlas et nous jetons l’ancre au sud de l’île pour y prendre  notre premier (d’une longue serie …) apéritif.

Nous sortons l’annexe et nous partons tous les 2 à la découverte de l’ile alors qu’Yvon et Martine préfèrent rester sur GAMA, afin d’éviter une surprise au cas où l’ancre nous jouerait un tour.

Après cette escale, nous levons l’ancre pour aller passer la nuit à l’embouchure du Trieux, près de Lézardieux.

C’est un endroit très calme et nous passons une bonne nuit sur une bouée.

Le lendemain 17 mai , nous attendons la renverse puis retour vers Bréhat, mais cette fois en allant à l’Ouest..

Nous mouillons sur une bouée dans une jolie anse de ????, très très près de la plage. Mais les hommes ont bien calculé les marées et il n’y a aucun risque.

dav

Nous descendons tous les 4 à terre et nous passons une belle après-midi de visite de l’ile.

dav
dav

Après cette visite, il est temps de quitter les lieux pour rejoindre notre prochaine étape: Pontrieux. Et pour cela il faut encore bien calculer la marée pour passer un nouvel obstacle: la pont de Lézardrieux.

dav

Il faut cette fois prendre en compte non seulement le tirant d’eau mais aussi le tirant d’air … Une fois encore, les hommes assurent, mais le passage est vraiment très impressionnant.

sdr

Ensuite, nous profitons du calme et de la beauté des  paysages le long du Trieux jusqu’à Pontrieux, situé au fond de l’estuaire de la rivière.

sdr

Au détour des méandres, nous apercevons le château de la Roche Jagu qui domine la rivière, le pont de  chemin de fer …

dig

Mais avant de pouvoir profiter de l’escale à Pontrieux, il y a encore un obstacle à passer: l’écluse de Pontrieux!!! Bon, ça ne s’est pas fait sans mal, Martine et moi avons un peu « cafouillé », mais au final, nous étions contents de cette première expérience de passage d’écluse.

Nous arrivons à Pontrieux, l’une des 22 Petites »cités de caractère de Bretagne ».

Nous nous amarrons dans le joli petit port et nous allons faire un tour dans les rues de Pontrieux, qui, jusqu’au XXe siècle, a été une commune florissante, comme en témoignent les grandes maisons « bourgeoises » en granit, grâce au commerce. 

Le lendemain 18 mai, nous larguons les amarres en temps et en heure pour coller avec la marée.

Nous faisons la route inverse, la magie opère toujours devant la beauté du paysage.

dav

Après une pause déjeuner au pied du château de la Roche Jagu, nous sommes dans les temps pour repasser sous le pont de Lézardrieux. Toujours aussi impressionnant … On a vraiment l’impression que le mât va toucher …

Nous voilà de retour en mer, mais pas pour longtemps, car après le Trieux, nous allons naviguer sur le Jaudy jusqu’à Tréguier.

Nous arrivons à Tréguier en fin d’après-midi, en pleine période de la fête de la Saint-Yves qui  se fête tous les ans le 19 mai en l’honneur de ce saint , patron des avocats et des Bretons.

De nos jours un pardon important a lieu tous les ans à Tréguier, ville natale du saint dont les reliques se trouvent à la cathédrale.

Les bruits de l’immense fête foraine installée sur le port, n’arriveront heureusement  pas jusqu’au bateau et après une petite balade avec Martine à travers les manèges puis une dégustation de spaghetti sur GAMA, nous passons une nouvelle nuit bien tranquille à Tréguier.

Le lendemain 19 mai, nous partons visiter la ville de Tréguier, ville sainte qui  offre à ses visiteurs son ensemble épiscopal unique, ses maisons à colombages, ses belles demeures d’armateur, ses ruelles étroites, ses jardins intérieurs … Nous visitons le cloître et la cathédrale.

Nous repartons en début d’après-midi , direction Paimpol.

Après une belle navigation, nous arrivons à Paimpol à 21 heures. Encore un passage d’écluse avant d’entrer dans le port, situé au cœur de la ville.

sdr

Le port est très fréquenté et il n’est pas facile de trouver une place.

L’accostage sera l’occasion pour Martine pour faire une démonstration de son lancer de bout, fort remarqué et commenté  par notre voisin de ponton … Il est tard, dîner puis dodo .

Le lendemain 20 mai, c’est notre dernière journée.

Martine et moi allons faire un tour rapide  à Paimpol pendant que les hommes restent sur GAMA.

Nous quittons Paimpol sous un beau soleil vers 11H30, mais au fur et à mesure que nous progressons un épais brouillard tombe sur la mer.

Nous faisons une pause déjeuner en face du port de Gwin Zegal, un des  derniers représentants en France d’un mode de mouillage très particulier, dont l’histoire remonte au Moyen Age. Un simple mouillage sur pieux de bois au pied des falaises de Plouha.

Une trentaine de troncs d’arbres de 8 à 10 mètres de hauteur sont plantés dans le sable marin, avec leurs racines, au creux d’une petite anse protégée par une pointe rocheuse. Des pierres consolident la base de chaque arbre et l’ensemble constitue une petit forêt de mâts qui traverse les siècles. C’est là que s’amarrent les embarcations.

Assises sur la plage arrière du bateau, les pieds dans l’eau et une coupe à la main, Martine et moi admirons ce paysage rendu surréaliste par ce brouillard.

Puis nous reprenons notre navigation en plein brouillard jusqu’à notre port d’attache qui, heureusement n’est pas loin.

Une dernière nuit ensemble sur GAMA et voilà, cette petite croisière est terminée.

Nous sommes enchantés par ce choix d’escales et toutes les conditions ont été réunies pour faire de ces jours des moments inoubliables.

1 commentaire sur “Notre 1ère sortie en mode côtier”

Laisser un commentaire