La 1ère croisière de l’année 2019

Même si les conditions ne sont pas totalement favorables, nous avons envie de faire une sortie dans la baie de Saint Brieuc et de passer la nuit à un de nos mouillages favoris : le Trieux.

Considérant les heures d’ouverture de la porte du port de Binic, il n’est pas question de songer à pouvoir rentrer le jour même, par contre, il est impératif de ne pas rater l’ouverture demain matin, au risque de ne plus pouvoir réintégrer notre place avant 8 jours …

Vu les prévisions météo faisant état d’un vent NNO avec une prévision de rafales à 28 knots, le mouillage dans le Trieux semble être la meilleure st d’ailleurs possible.

Concernant le routage pour les routes aller et retour , voici ce qui est programmé.

Nous quittons le port sans problème vers 10 heures, en ayant pris un ris étant donné les rafales annoncées. Pourtant nous partons sur une mer plate, et sous un léger vent de 10 nœuds qui nous pousse à retirer le ris en cours de navigation

Le ciel est couvert, mais le vent et la mer sont calmes.

Mais plus la journée se déroule, plus les conditions se durcissent; nous sommes partis avec 10 knots et nous allons finir avec 28 knots et des rafales à 38 knots. A l’approche de Paimpol, nous nous décidons à reprendre 2 ris dans des conditions un peu périlleuses…

Nous progressons alors rapidement et atteignons dans problème l’entrée abritée du Trieux à 17H30 sous une fine bruine.

Il nous faut juste faire attention au casier installé en plein milieu du Trieux par un gentil pêcheur.

Sa position sera mémorisée pour la sortie de demain matin.

La prise de bouée ne pose aucun problème et nous voilà enfin au chaud dans le bateau.

La nuit est très confortable, le bateau ne bouge absolument pas. Mais le bruit du vent sur la mer au loin nous réveille vers 3h30, pour nous mettre en condition pour notre retour . Pour être certains d’être à l’heure pour le passage de la porte à Binic, nous prévoyons large et nous programmons un départ à 5 heures du matin de notre mouillage.

Cette opération s’avère un peu « chaude » malgré le froid, compte-tenu de l’absence de lune, et surtout du manque relatif d’efficacité de notre ‘grosse’ lampe-torche, mais qui nous permet tout de même de repérer le casier remarqué la veille et de pointer les bouées des bateaux.

Nous avançons dans le noir total et absolu, en se fiant essentiellement au GPS.

Nous avançons au moteur, sous un vent à 25 nœuds et encore des rafales à 35 nœuds.

Mais le vent et le courant sont favorables à notre progression et nous arrivons en avance en vue de Binic… Nous devons attendre l’ouverture de la porte.Nous faisons alors un tour dans la baie pour voir le soleil essayer de se lever sur Binic et j’en profite pour prendre un cours de tenue de la barre.

La rentrée au port peut enfin se faire et l’amarrage de GAMA se fait sans problème, malgré le vent de travers qui ne facilite pas la manœuvre.

Enfin à quai …

Nous sommes fatigués mais heureux d’avoir fait cette petite croisière et nous ne regrettons absolument pas d’avoir pris la décision de sortir malgré le froid.

On doit admettre que l’on était les seuls assez fous pour naviguer par ce froid et nous n’avons pas croisé un seul autre bateau …

Laisser un commentaire