La croisière d’octobre: Cornouailles et Scilly

Cette sortie, déjà réalisée plusieurs fois par le passé, est LA sortie traditionnelle de fin d’année pour GAMA. L’équipage, cette année, est le suivant: Gilbert, Jacques, Bruno, Samy, Yvon (ancien propriétaire) et Didier (le nouveau et heureux propriétaire de GAMA).

Préparation

Après le choix de la semaine, entre le 19 et le 26 octobre, le sujet qui a le plus retenu notre attention a été la météo. A partir de 15 jours avant la date de départ, il était clair que nous aurions à établir un plan de croisière qui tiendrait compte des dépressions ou zones perturbées que nous aurions durant la semaine.

Tout l’équipage est arrivé le vendredi soir en 3 vagues, l’avitaillement ayant été assuré par nos chères épouses (on ne risque pas le manque….).

L’avitaillement

Le parcours est défini à partir des dernières informations météo: les Scilly seront bien sur le parcours, par contre il faudra s’abriter le lundi soir du fait d’une dépression. Le parcours sera donc: Saint Quay – Falmouth – Scilly – Saint Quay.

Jour 1 – Samedi 20

Départ vers 8 heures du matin, direction ‘droit devant’, la cible étant Falmouth… Déjà le spectacle est là… et toute la semaine se déroulera dans les mêmes conditions!

Lever de soleil au départ de Saint Quay

Les 1ères heures sont utilisées pour le rodage de l’équipage: discussion autour de notre parcours, prise de barre, réglage des voiles, etc

La navigation s’effectue sous une jolie brise qui faiblira le soir venu. Chacun aura eu ses séquences de barre. En fin de journée, nous aurons l’occasion d’installer le spi pendant plusieurs heures. Efficacité confirmée!

Nous abordons le rail montant avant la nuit, c’est l’occasion de s’habituer à la lecture des informations reçues via l’AIS. C’est aussi le moment de définir la composition des quarts de nuit.

La nuit sera magnifique avec un ciel tapissé d’étoiles et de nombreuses étoiles filantes. La visibilité est excellente.

Vers 6 heures du matin, nous aurons la chance d’admirer des dauphins en pleine chasse aux maquereaux. Le trafic ne posera pas de réel problème avec l’AIS, les navires que nous croiseront ayant lancé la manœuvre d’évitement suffisamment tôt.

Jour 2 – Dimanche 21

Le jour se lève en approche de la côte, nous retrouvons pêcheurs et dauphins et nous ajustons notre route afin d’arriver à l’embouchure de Carrick Roads.

Nous allons laisser Falmouth par babord et remonter sur 6 milles afin de déjeuner, amarré sur un ponton au milieu de la rivière. Nous nous octroyons un moment de repos bien nécessaire à certains organismes: en effet, il n’a pas été facile de dormir à côté du moteur que nous avons du remettre en route à 6 heures du matin dans le but de recharger les batteries. Pendant le sommeil de certains, d’autres pêchent ou bien prennent des photos.

Ce n’est pas visible sur ces photos, mais nous avons découvert que cette zone est sous la surveillance d’un phoque, donc il ne fallait pas espérer y prendre trop de poissons….

Avant de rejoindre Falmouth, nous remontons la Truro River jusqu’à Malpas. Le tirant d’eau nous empêche d’aller plus en amont de Malpas. Nous sommes sous le charme de ces paysages, surtout avec cette météo. Ce sera ensuite plus d’une heure de navigation pour revenir à Falmouth et s’amarrer à Port Pendennis Marina. Nous admirons deux très beaux super-yatchs, dont le Christopher, construit à Falmouth, qui mesure 46 mètres de long! Douche impérative puis sortie en ville pour une balade et un verre tout aussi impératif dans un pub typique. Retour sur GAMA pour le dîner.

Jour 3 – Lundi 22

Nous quittons la Marina vers 11h pour aller prendre une bouée sur l’Helford River et y déjeuner. Petit parcours de 6 nm pour commencer la journée. Le mouillage est l’occasion, pour Yvon, d’essayer la fameuse gaffe U-Ship, gaffe très chère à Catherine. La manœuvre, simple en apparence, est rendue difficile par le courant et surtout le type de bouée à prendre. La vidéo de la manœuvre existe mais il a fallu censurer du fait des paroles ….. Ne laissons ci-dessous que la phase démonstration… Retransmise en direct sur What’sApp, cette manœuvre a fait l’objet de nombreux commentaires.

Après le déjeuner, nous reprenons la route vers Penzance. Nous passons proche du cap Lizard, haut lieu pour les navigateurs et point le plus au sud de l’Angleterre. Nous serons impressionnés par le Minack Theatre accroché à la côte. Très surprenant.

Le Minack Theatre

Sous une jolie brise, nous arrivons face à Penzance vers 18h, là commence le jeu d’identification des points caractéristiques sur la côte. Ce n’est pas toujours très simple, certains néons pouvant se confondre, de loin, avec des feux. Cela peut paraître surprenant à certains mais la lecture n’est pas toujours aisée. Du fait de notre heure d’arrivée, nous constatons qu’il y a trop d’incertitude pour atteindre le port à seuil de Penzance. Nous mettons cap vers le port de Newlyn. C’est un port de pêche disposant de quelques places pour les visiteurs.

L’accueil par le Harbour Master est un peu rugueux, il nous a rappelé le bon usage de l’appel par la VHF avant d’accoster. La relation sera meilleure par la suite. Ce port a peu d’infrastructure pour les visiteurs, c’est essentiellement un port de pêche. Suivant notre rituel, avant notre dîner sur GAMA, nous partons pour notre quête de la bière du soir, ce sera au Navy Inn.

Bruno en plein selfie au Navy Inn…

Jour 4 – Mardi 23

C’est le jour du grand départ pour l’Atlantique et surtout pour les Scilly! LA destination de cette croisière. La navigation sera relativement facile avec quelques empannages en fin de parcours. La mer est formée lorsque l’on se présente face à New Grimsby Harbor. Nous laissons Cromwell’s Castle par bâbord pour prendre une des bouées visiteurs. La navette inter-îles nous demande de changer de bouée car il y a des risques de collisions
avec les bateaux de pêche lors de la phase d’évitage, bateaux qui vont s’amarrer une heure après.

L’endroit est exceptionnel. La beauté du coucher de soleil ne peut que ravir les photographes que nous sommes tous. Même si la température gagnerait a été plus élevée de quelques degrés…

Notre bouée étant malheureusement placée dans l’axe du flux, nous risquons de passer une nuit qui pourrait réserver des surprises…

Et, en effet, la nuit a été ‘sonore’! Ceux qui sont à l’avant de GAMA sont les ‘mieux exposés’.  Il a fallu plusieurs sorties sur le pont pour tenter d’atténuer le bruit de la bouée sur la coque. Une reprise des amarres permettra de réduire la fréquence des chocs. C’est malgré cela un mouillage bien abrité et très tranquille, surtout en cette saison.

Jour 5  -Mercredi 24

La visite de Tresco est l’objectif principal de notre journée. Il faut savoir que les Scilly ne sont accessibles que par voie aérienne ou voie maritime. Si l’on compare avec Bréhat, on peut rapidement voir l’influence de ce point sur la préservation du lieu. Quelques zones hôtelières sont présentes mais sans créer une affluence qui pourrait déséquilibrer de façon trop importante l’écosystème. Le jardin botanique est l’attraction principale de l’île.

La visite de Tresco commence par la mise à l’eau de l’annexe, qui va se passer sans soucis, pour cette fois… La visite à pied de l’île nous fait découvrir un site absolument féerique, par tous ses aspects: habitations, habitants, points de vue, style de vie, etc

Le repas du soir sera accompagné de coulemelles grâce à une impressionnante récolte tout au long des chemins. Merci à Gilbert pour cette récolte et le plat préparé. Les plus anxieux ont consulté à distance Wikipedia et autres sources de référence.

Vers 16h, le retour sur GAMA réserve la surprise que l’on va appeler ‘moteur d’annexe’. Pas moyen de démarrer. C’est donc à la rame que nous devons faire les 2 voyages retour!

Notre prochaine destination est St Mary, l’île principale des Scilly. Vers 17h, profitant de la marée, et surtout afin de nous éviter un long tour par le nord de l’archipel, nous mettons le cap direct sud vers St Mary. Le cheminement tortueux entre Tresco et Bryher sera facilité par une navigation très précise sous la conduite de Sami. Il suffit de voir, sur la carte ci-dessus, le peu de latitude dont nous disposons. Nous arrivons rapidement à Saint Mary, la plus grande des îles de l’archipel. Amarrage sur une bouée puis recommandation par le Harbour Master de bien veiller à venir régler notre nuitée. Il paraît que certains seraient partis en tentant de ne pas payer, j’ai oublié qui…

Débarquement sur St Mary avec notre annexe, en 2 transferts. Et bien sûr avec une nouvelle panne du moteur d’annexe au cours du 1er aller. Il ne faut jamais faire de compliments sur le fonctionnement d’un moteur, cela suffit pour qu’il s’arrête dans les 5 minutes qui suivent… Retour à la rame vers GAMA pour le 2eme transfert vers St Mary. Très long…

Le lieu de passage obligé sur Saint Mary est un célèbre pub, le MERMAID, pub qui semble être maintenant moins fréquenté qu’auparavant. Peu de locaux à l’opposé de l’affluence dans une brasserie située à une centaine de mètres.

Retour au bateau avec un moteur qui, cette fois, a daigné fonctionner. Il faut dire qu’on ne lui a pas laissé le temps de ralentir sur les trajets et le débarquement du 1er ‘lot’ a été rapide!

Dîner à bord avec partage du poisson qui s’est jeté sur la ligne posée par Gilbert et poêlée de coulemelles!

Jour 6 – Jeudi 25

Il faut déjà penser au retour vers la Bretagne. 150 milles nous attendent. La consultation des prévisions météo nous fait choisir un retour dès ce jeudi, un fort coup de vent étant prévu à partir de vendredi.

Le départ de Saint Mary vers 9h nous permettra de passer proche du voilier TARA qui est de retour d’expédition. Très impressionnant. Tara a permis aux scientifiques de l’expédition Tara Pacific d’étudier la diversité des récifs coralliens et mieux appréhender l’impact du réchauffement climatique.

Pour notre retour, la même stratégie pour les quarts sera appliquée avec une permutation des couples de départ.

La navigation de nuit sera, par moment, compliquée avec des courants perturbant notre route, la relativement faible puissance du vent ajoutant à la difficulté de barrer GAMA. Il fallait être anticipatif et réactif!

En dehors de cette gestion des courants, la nuit se passe relativement calmement, comme à l’aller, avec un trafic modéré. Notre passage dans les rails se fera sans grande difficulté, les navires que nous croisons changeant de cap relativement tôt (à environ 3 – 5 milles de nous), à l’exception d’un navire, dans le montant, qui s’est dérouté à moins d’un mille de nous. Ne voyant pas de signe de changement de cap, nous avons éclairé la GV avec notre torche pour l’alerter de façon visuelle. C’est à ce moment là que nous avons pu observer son changement de cap pour passer par notre arrière.

Les dauphins nous ont rejoints pendant plus d’une heure, donc peu de chance d’avoir du poisson au bout de la ligne. De toute façon, notre vitesse empêchait toute prise!

Dauphins sur notre route retour

L’arrivée se fera après environ 24 heures de navigation en vue des côtes françaises face à Perros Guirec. Nous aurons recours au moteur pour passer les Héaux de Bréhat avec le bon timing.

Passage par le chenal entre Biniguet et Bréhat pour jeter l’ancre et déjeuner dans un trou d’eau, puis retour vers Saint Quay avec plus de 30 Nds de vent et une mer bien formée. Très fun pour Yvon qui a assuré le dernier bord avec des pointes à 10 Nds+.

Le dernier bord…

Arrivée au port de Saint Quay en début de soirée et un dernier dîner à bord.

Plein de souvenirs que nous souhait(eri)ons partager en 2019! Nous reviendrons…

note: certaines des photos et vidéos ont été produites par Mr Bruno Pignol (Family Studio) – Tous droits réservés!

2 commentaires sur “La croisière d’octobre: Cornouailles et Scilly”

Laisser un commentaire