Sous le soleil Breton!

Les vacances sont souvent l’occasion de recevoir la visite de ceux que l’on ne voit pas souvent… Et c’est le cas des enfants!

Nous avions prévu de longue date ces 10 jours de navigation avec Livin, et nous devons bien l’admettre: son séjour s’est passé sous le plus beau soleil et dans des conditions de navigation comme on en voit peu! 

(note: clic sur les photos pour un affichage pleine page)

Du soleil et le vent juste nécessaire pour limiter l’utilisation de moteur. Seulement 13 heures d’utilisation du moteur (manoeuvres comprises) sur les 9 jours de croisière avec un parcours de plus de 140 NM. Sachant qu’en août, en Grèce, le temps d’utilisation du moteur est d’environ 40%, cela permet de mieux apprécier notre zone de navigation! D’accord, le temps de présence du soleil proportionnel…

Le départ de Binic est fixé à 18h, direction l’île de Bréhat. Il s’agit de récupérer la visite manquée de l’année dernière.

Rejoindre Bréhat se fera par une navigation au près serré depuis Binic. La navigation avec d’autres voiliers a permis de mesurer l’apport des contre-courants dans cette partie de la baie de Saint Brieuc, en clair, un voilier plus proche de la côté nous a ‘déposé’ une fois passé Saint Quay Portrieux… Quelle vexation pour le skipper!

Un point d’attention qu’il va falloir suivre dans les jours qui suivent est le circuit de refroidissement. Le volume d’eau rejeté au niveau échappement est inférieur à la normale. Cela sera du en fait/sans doute! aux algues qui stagnent dans le port de Binic et qui sont venus se loger à l’entrée de ‘aspiration du saildrive. On en retrouvera également dans le filtre à eau de mer. Cela va disparaître à l’arrivée à Bréhat, sans avoir forcé sur le régime moteur.

Bréhat est toujours synonyme de paysages et de couleurs hors du commun. Les levers et couchers de soleil sont toujours aussi beau. Fait rare pour nous, nous pouvons assister à un lever de soleil!

Un seul bémol, le niveau de fréquentation, c’est l’été! Nous retrouvons pour quelques heures les voiliers d’une croisière néerlandaise que nous vu à Binic.

Une visite de l’île est planifiée sur la journée pour les jeunes. Pendant la visite, les ‘anciens’ restent à bord. C’est le moment de pêcher, ou plutôt tenter de pêcher! Malgré un investissement supplémentaire (boîte, leurres, etc), il n’y aura pas eu de suicide d’un pauvre poisson! Autant le dévoiler tout de suite, ce sera comme cela pendant les 10 jours! Que ce soit à la mitraillette ou bien à la traîne!

Nous ferons un tour d’annexe pour visiter le port de la chambre, le Port  clos et le début du Kerpont.

Pour clore en beauté cette journée à Bréhat, quoi de mieux qu’un survol de la zone avec le drone? Tentons donc le coup!

Eh bien, les images ci-dessous sont les dernières de notre drone DJI Phantom3! La seconde d’après il partira dans le Ferlas par 12 mètres de fond… Bouhhh…

Le lendemain matin, nous partons dès 8 heures avec la marée à destination de Perros Guirec. Nous avons prévu de passer la nuit au port avant de rejoindre l’archipel des 7 Îles.

Nous rejoignons la sortie du Trieux en passant par le Kerpont. A cette heure de la marée, le niveau d’eau est largement suffisant.

Bénéficiant du courant, nous arrivons à 13h49 pour le déjeuner face à la plage de Trestraou. 

Les jeunes décident de débarquer pour rejoindre Ploumanach via le chemin des douaniers. Nous restons à bord en attendant que l’accès au port de Perros soit possible, à environ 18h. Nous profitons de cette période de calme pour observer les activités nautiques. C’est toujours aussi actif à Trestraou!

Nous rejoignons le port de Perros au moteur… Le passage de la porte est un moment ou il faut être un peu concentré. A l’entrée, les conditions sont bonnes, il faut seulement bien viser! Le lendemain matin, avec un vent de 15kn+, nous aurons l’occasion de voir une sortie ou le skipper a du s’y reprendre à 2 fois, il n’avait sûrement pas pris en compte la dérive liée au vent. Nous n’aurons pas de soucis, la solution semblant être de passer la porte avec une vitesse donnant une bonne inertie au bateau.

Par contre, trouver sa place et surtout y rentrer sera plus sportif. Guider, si l’on peut dire par un vacataire confondant bâbord et tribord, il faut s’y reprendre à 2 fois pour rentrer dans l’espace quelque peu restreint en largeur après avoir ‘contourné’ notre voisin en 46 pieds.

L’erreur de laisser l’annexe à plat sur son portique dans le portique a aussi participé à rendre la manœuvre plus délicate.

 

Le lendemain matin, c’est départ à 9h30 direction les 7 Îles. La navigation se fera au génois seul du fait des conditions de vent. Les quelques miles seront parcourus en 1 heure et nous mouillons à l’endroit quasi habituel, proche de l’île de Bono.

L'archipel des 7 Iles

Ce mouillage est idyllique, au plus proche des îles, du ballet des oiseaux. L’endroit est visiblement connu au vu des voiliers à couple pour un déjeuner entre amis, vu les baigneurs sur la langue de sable de l’île de Bono – ils y resteront jusqu’à la visite de la gendarmerie..). Les jeunes iront visiter l’île aux Moines (la seule île accessible dans cet archipel) et seront même raccompagnés par la gendarmerie maritime pour leur retour à bord! La grande classe!

 

A 17 heures, nous appareillons pour Port Blanc. C’est une destination qui nous a toujours éblouie vue côté terre, mais que nous ne connaissons pas du tout côté mer.

Souvent la question des amers de Port Blanc a été posée! Ou sont-ils? En fait, le second amer est niché au fond de la baie, caché dans les arbres! Il est peu identifiable vu du large. Arrivé dans l’anse, le challenge est de trouver les quelques bouées visiteurs. Il y en a 5! Nous finissons par les identifier, groupées dans le NO de l’anse. Il en reste 2 de disponible. Tout va bien, il ne devrait pas y avoir de risque de dérapage…

Un détail à connaitre sur Port Blanc. De notre expérience, pas besoin d’appeler ou d’écrire à la capitainerie la veille ou le jour même, il n’y aura pas de réponse… En fait, il semble que les bouées sont en gestion libre et gratuites!

Nous prenons note que des voiliers ont jeté l’ancre dans l’est de la baie, juste au début de l’estran. C’est bon à savoir qu’il y a une zone libre de mouillage.

LA bière de Tréguier!

Après un verre au café, la nuit au mouillage sera très calme. Le lendemain, nous profitons de cette halte pour refaire l’avitaillement au marché. Très bons produits locaux, avec, peut-être, une réserve pour les moules de Bréhat qui nous ont semblé petites comparées à celle de Fréhel…

A 17h, nous levons l’ancre pour nous rendre à Tréguier. Pour rentrer sur le Jaudy, nous empruntons la Grande Passe. Il y a peu de vent mais ce sont des conditions très agréables. Nous remontons le Jaudy au moteur. Peu familier du Jaudy, nous repérons plusieurs mouillages possibles et nous confrontons avec les points mentionnés par Navily. Néanmoins, ces mouillages sont un peu loin de tout, leur charme n’est équivalent à ceux que l’on trouve dans le Trieux.

Nous arrivons au port de Tréguier vers 20h. L’accueil par les saisonniers est très amical et efficace, c’est rare! A noter que les sanitaires du port sont en accès libre du fait du contrôle d’accès qui a été vandalisé.

Nous passons la journée suivante à Tréguier, au programme: visites et photos!

Tréguier est le pays des Boréal, ces superbes bateaux alu orientés exploration. Neuf de ces magnifiques voiliers sont présents dans le port. Impressionnants!

Le jour suivant, nous partons à l’étale de pleine mer, direction le Trieux. Cette heure de départ n’est pas optimale car nous serons à contre-courant arrivé aux Héaux de Bréhat, point de passage obligé pour rentrer dans le Trieux et rejoindre Lézardrieux. Ce sera un peu agité mais sur une relativement courte période et nous finirons à la voile! L’honneur est sauf, enfin quelque part……

Une fois dans le Trieux, nous sommes heureux de retrouver notre bouée en avant du port de Lézardrieux. A ce mouillage, nous pourrions rester pendant des jours entiers rien qu’à contempler le paysage, les maisons, le passage des bateaux, les manœuvres de stagiaires des Glénans, etc

Tout cela dans un calme apaisant…

Pour l’avant-dernier jour de notre croisière, nous avons choisi l’option Mouillage! Qui dit mouillage dit Bréhec! Livin nous fait le départ depuis la bouée et c’est parti pour la descente du Trieux au moteur et GV puis passage au mode vélique à mi-Ferlas.

 

Nous rejoindrons en annexe le village de Bréhec pour déguster une bonne bière et recommencer à nous immerger avec les terriens! La nuit au mouillage sera très tranquille et nous pourrons revenir à notre point de départ le lendemain.

Pour partir sur une note typiquement bretonne, une légère averse nous imposera de sortir le bimini!

En conclusion: 

  • il a fait beau
  • il a vraiment fait beau (en Bretagne!)
  • il a fait chaud
  • c’était super!

Pour finir, l’arrivée de GAMA à sa place de port à Binic.

0

Laisser un commentaire